Appel Aux Panélistes Pour Les Débats Publics Sur Le Nkafu

/, call for application, debate/Appel Aux Panélistes Pour Les Débats Publics Sur Le Nkafu

Appel Aux Panélistes Pour Les Débats Publics Sur Le Nkafu


Le Nkafu Policy Institute, Think Tank de la Fondation Denis & Lenora Foretia, invite les experts camerounais à postuler pour le poste de PANELISTE lors de ses débats publics prévus respectivement les Jeudi 11 Mars, Mercredi 21 Avril, Mercredi 19 mai et Mercredi 16 juin 2021 à l’hôtel Mansel – Yaoundé de 10h00 à 13h00.

Ces débats publics représentent une plate-forme par excellence pour les débats non politisés, basés sur des faits et des statistiques et de l’expérience. L’objectif de ces débats est de donner aux experts camerounais et africains de haut niveau l’occasion d’aborder objectivement un ensemble de questions liées au développement économique de notre pays en général et à la conduite des affaires en particulier.

Le panel de débat pour chaque date sera constitué de deux experts plaidant POUR et deux experts plaidant CONTRE la proposition en 90 minutes. Ils défendront leur point de vue en se basant sur des faits, des statistiques et leur expérience. Il n’y aura pas de présentation PowerPoint.

Veuillez sélectionner le sujet que vous souhaitez aborder. Les candidatures féminines sont fortement encouragées.


  1. CRÉER UNE ENTREPRISE AU CAMEROUN – Jeudi 11 Mars (Lire le rapport)

Thème : Le cadre réglementaire est-il un obstacle à la réussite des nouvelles entreprises au Cameroun ?

Contexte : Dans le cadre du Cameroon Business Forum (CBF), le Cameroun a entrepris, au cours des dix dernières années, plusieurs réformes visant à améliorer son environnement commercial pour attirer les investisseurs. Toutefois, il existe de nombreux goulets d’étranglement à l’amélioration de l’environnement des affaires au Cameroun pour promouvoir la création d’entreprises. Si des efforts sont faits pour faciliter le processus de création d’entreprise au Cameroun, il y a une question de rentabilité et de survie de ces entreprises. Les certifications et les normes font partie des politiques de régulation nécessaires dans toute économie formelle pour la protection des consommateurs. Cela semble affecter la rentabilité et la survie des nouvelles entreprises. Cela semble également être un facteur de découragement pour les entrepreneurs, étant donné qu’il est extrêmement difficile pour certains de satisfaire à ces normes ou certifications en termes de coût. Le problème est de trouver un équilibre entre l’importance des normes et la certification des produits tout en considérant la rentabilité et la survie des entreprises. Les normes et la certification des produits sont-elles difficiles et coûteuses à obtenir ? Ou bien les entreprises sont-elles simplement réticentes à remplir ces conditions ?

Ce débat portera sur la nécessité et le rôle des normes pour la réussite des nouvelles entreprises au Cameroun. La principale question à laquelle il faut répondre est la suivante : << Le gouvernement devrait-il assouplir les normes afin de faciliter la rentabilité et la croissance des nouvelles entreprises au Cameroun? »  

Candidatez ici>>


  1. OBTENTION DES PERMIS DE CONSTRUIRE AU CAMEROUN – 21 Avril 2021 (Lire le rapport)

Thème : La gestion des exigences techniques par les associations professionnelles peut-elle faciliter le processus d’obtention des permis de construire ?

Contexte : Le gouvernement du Cameroun vise à attirer les investissements directs locaux et étrangers nécessaires à la relance de son économie. Cependant, la corruption et les procédures excessives semblent entraver cet objectif. Le classement dans le traitement du permis de construire est un des nombreux indicateurs de l’activité économique qui influence les investissements. Cet indicateur est une réplique significative de trop de schémas bureaucratiques. En conséquence, le traitement des permis de construire au Cameroun s’accompagne d’une bureaucratie excessive, tandis que d’autres défis connexes peuvent être identifiés à différents stades. Au Cameroun, il existe l’Ordre National des Ingénieurs Civils avec dix représentations régionales et des membres enregistrés.

Ce débat vise à explorer la meilleure façon de faciliter le processus d’obtention des permis de construire, en particulier les documents requis, par le biais de la question centrale : ‘‘Le fait de confier le processus d’obtention de tous les documents techniques à des ingénieurs civils inscrits dans des associations telles que l’Ordre national des ingénieurs civils et d’autres associations d’ingénieurs civils peut-il faciliter le processus d’obtention des permis de construire au Cameroun ?’’

Candidatez ici>>


  1. OBTENTION DU CREDIT AU CAMEROUN – 19 Mai 2021 (Lire le rapport)

Thème : Les bureaux de crédit sont-ils absolument nécessaires pour faciliter le processus d’obtention de crédit au Cameroun ?

Contexte: Il a été observé que l’obtention d’un crédit au Cameroun est compliquée par plusieurs problèmes bureaucratiques. Ces problèmes semblent émaner de la faiblesse des politiques qui créent les difficultés rencontrées par les investisseurs potentiels à différents niveaux dans leur quête d’obtention de crédit pour financer leurs projets économiques. Parmi les autres difficultés, telles que plusieurs conditions à remplir par les demandeurs de crédit, figure le problème de l’inégalité des informations entre prêteurs et emprunteurs, qui affecte négativement le processus d’obtention de crédits aux investisseurs nationaux et étrangers. Il est relativement complexe pour les investisseurs étrangers d’obtenir des informations concrètes sur les conditions, les procédures, la durée et les documents requis pour obtenir un crédit auprès des institutions financières formelles au Cameroun. La faiblesse du système d’information sur les crédits est largement attribuée, parfois, à l’absence de bureaux d’information sur les crédits pour réduire l’asymétrie d’information entre les banques et les clients. S’inspirant de la réussite de la plupart des pays occidentaux, les bureaux de crédit publics ont comblé cette lacune en fournissant des informations aux prêteurs et aux emprunteurs.

Ce débat public vise à examiner les moyens de réduire et de faciliter le temps passé dans le processus de crédit. La question qui se pose ici est la suivante : ‘‘En s’inspirant de l’exemple d’autres pays, des bureaux de crédit efficaces sont-ils indispensables pour résoudre le problème de l’information et du temps dans les processus d’obtention de crédit au Cameroun?’’

Candidatez ici>>


  1. PAIEMENT DES TAXES AU CAMEROUN – 16 Juin 2021

Thème : Si l’on compare avec d’autres pays africains, le taux d’imposition des sociétés au Cameroun favorise-t-il l’esprit d’entreprise et l’investissement ?

Le taux d’imposition des sociétés est un facteur déterminant pour l’esprit d’entreprise et l’investissement. Les entrepreneurs et les investisseurs sont très soucieux de faire des bénéfices et d’obtenir un retour sur investissement. Ils sont très sensibles à des facteurs économiques spécifiques qui affectent leur capacité à atteindre leurs objectifs de croissance et de rentabilité. L’impôt sur les sociétés du secteur privé est l’un des facteurs les plus importants qui déterminent le taux d’entrepreneuriat et d’investissement. Au Cameroun, le taux de l’impôt sur les sociétés est de 33 % [1] (30 % pour l’impôt sur les sociétés et 10 % pour l’impôt communal), légèrement inférieur à celui d’autres pays d’Afrique tels que le Tchad, le Congo, la Guinée équatoriale et la Zambie, qui ont tous un taux de 35 %, mais supérieur à celui de l’île Maurice (15 %), de Madagascar et de la Libye (20 %), du Zimbabwe, de la Tunisie, de la Mauritanie, du Lesotho, de la Côte d’Ivoire et du Ghana (25 %) à partir de 2020 [2]. Le taux d’imposition des sociétés est également une source importante de recettes publiques pour la plupart des pays, y compris le Cameroun.

Ce débat public vise à concilier le taux d’imposition des sociétés au Cameroun en tant que source importante de recettes publiques et en même temps en tant que facteur déterminant pour l’esprit d’entreprise et l’investissement dans l’économie. Le débat portera sur l’impact du taux d’imposition des sociétés sur l’environnement des affaires au Cameroun. La question centrale: ‘‘En s’inspirant des exemples d’autres pays ayant des taux d’imposition plus faibles et plus élevés que le Cameroun, le taux d’imposition des sociétés de 33% au Cameroun favorise-t-il l’esprit d’entreprise et l’investissement ?’’ 

Candidatez ici >>


Spécifications

  • Les candidats répondront à l’appel en cliquant sur un lien et fourniront les informations requises dans le formulaire de candidature en ligne
  • Il n’y aura pas de date limite. L’appel sera ouvert jusqu’au dernier débat
  • Publication des résultats. Les débatteurs pour les différents thèmes seront sélectionnés sur une base continue et contactés officiellement.
  • Les candidats devront télécharger une photo professionnelle et un curriculum vitae
  • Leurs photos professionnelles seront utilisées pour produire un dépliant en ligne afin de communiquer sur l’événement.
  • Cet appel est volontaire et la participation à tous les débats se fait sur une base pro bono. Toutefois, cet événement est l’occasion d’établir de nouvelles relations et de renforcer celles qui existent déjà.
  • En outre, l’avantage de participer à ce débats, c’est qu’ils permettront de créer une plate-forme pour le développement professionnel et l’orientation de carrière.

Qualifications

  • Être titulaire d’au moins un Master en économie, développement, commerce, finance ou tout autre domaine connexe
  • Avoir au moins 30 ans
  • Les candidats DOIVENT être parfaitement bilingues ou comprendre leur deuxième langue
INSCRIVEZ-VOUS-ICI
2021-02-10T16:21:42+00:00February 10th, 2021|annonces, call for application, debate|